Organiser mon patrimoine

Organiser votre patrimoine est un élément essentiel d’une bonne gestion.

Sommaire

Comment organiser mon patrimoine ?

L’organisation de votre patrimoine consiste à appliquer trois grands principes :
  1. Diversifier les actifs immobiliers et financiers de votre patrimoine.
  2. Programmer la durée de vos placements en fonction de vos besoins et de vos objectifs patrimoniaux.
  3. Maintenir la disponibilité de certains placements pour faire face aux aléas de la vie et saisir des opportunités de placements.

Diversifier mon patrimoine

Respectez le vieil adage « ne pas mettre tous ses oeufs dans le même panier ».
En effet, la diversification est un gage de sécurisation et de valorisation de votre patrimoine global. Car, le placement miracle n’existe pas !
Chaque placement possède ses avantages et ses inconvénients. Que ce soit en terme de sécurité, de rentabilité ou de liquidité.
Par exemple, le placement en actions peut s’avérer très rentable, mais, aussi, très risqué. Notamment, parce que le cours des actions dépend de l’évolution fluctuante des marchés financiers.
De même, l’épargne placée sur des livrets rapporte très peu, mais elle est garantie et disponible, à tout moment.

En pratique, vous pouvez diversifier votre patrimoine en utilisant trois méthodes :
  1. Equilibrer la valeur des différents biens et placements que vous possédez.
  2. Répartir équitablement vos actifs sur divers supports d’investissements.
  3. Maintenir une part de liquidités au sein de votre patrimoine.
Pour en savoir plus sur les moyens de diversifier votre patrimoine, cliquez sur le lien ci-dessous.

La durée ou horizon de placement

A court, moyen ou long terme ? Qu’elle est la durée idéale d’un placement financier ?
On associe souvent la durée d’un placement au degré de disponibilité ou de liquidité que l’on souhaite obtenir.
Par exemple, le livret A est considéré comme un placement à court terme, parce que les sommes déposées sont disponibles immédiatement. Et, pourtant, certains épargnants y laissent la totalité de leurs économies durant toute leur vie !
A l’inverse, un investissement en actions est considéré comme un placement à moyen et long terme. Cependant, les boursicoteurs effectuent des transactions journalières, en permanence.
Dans ces deux exemples, on constate que la notion de durée peut être confondue avec la notion de disponibilité, de sécurité et de rentabilité.
Toutes ces considérations laissent à penser qu’il n’existe pas de durée idéale pour un placement !
En effet, pour un même placement, plusieurs critères peuvent justifier le choix de sa durée de conservation. Par exemple, l’âge de l’épargnant, la liquidité, le potentiel de gain. Ou encore, la date d’échéance d’un contrat, les incitations ou contraintes fiscales, etc.

Cependant, les conseillers en gestion de patrimoine s’accordent sur deux catégories de durée.
  1. L’horizon de placement, qui correspond à la durée pendant laquelle vous êtes disposé à placer votre argent.
  2. La durée de placement conseillée correspondant à la durée minimale de conservation d’un placement recommandée par les professionnels.

Pour en savoir plus sur les conditions de durée des différents placements, cliquez sur le lien ci-dessous.

La disponibilité ou liquidité

Un placement est considéré comme disponible, lorsque vous pouvez disposer des sommes investies, sous deux conditions.
  1. Quand vous le souhaitez ou en cas de besoin. Ou encore, à l’échéance d’un contrat.
  2. Sans risque de perte en capital ou de pénalité contractuelle, réglementaire ou fiscale.

De même, un placement est considéré comme liquide lorsque vous pouvez récupérer les sommes investies, rapidement. Soit, sous la forme de retrait d’espèces, soit, par virement sur votre compte chèques.
Sachez que la grande majorité des placements financiers n’est pas bloquée (y compris le contrat d’assurance-vie). Vous avez toujours la possibilité de disposer du capital placé !

Cependant, bien qu’ils soient disponibles, certains investissements ne peuvent pas être liquidés (vendus) immédiatement. 
En effet, vous devrez patienter un certain délai, avant de récupérer le capital de certains placements. Par exemple, dans les cas suivants.
  • Lors de la cession de certains titres ou de biens immobiliers. Il faut parfois du temps pour trouver un acquéreur et régler les formalités obligatoires.
  • S’il existe un risque de perte en capital, notamment sur les actions cotées en bourse. Il peut être préférable d’attendre que les cours remontent, avant de vendre certaines valeurs mobilières.
  • Avant d’effectuer un rachat sur un contrat d’assurance-vie ou sur des parts d’Organismes de Placement Collectif. Notamment, pour amortir les frais d’entrée sur les versements. 

C’est pourquoi, avant d’effectuer un placement, déterminez votre horizon de placement. C’est à dire la durée pendant laquelle vous n’aurez pas besoin de vos capitaux. Et ensuite, choisissez les produits dont la durée conseillée et les conditions de disponibilité correspondent.
Pour en savoir plus sur les différents niveaux de disponibilité des placements, cliquez sur le lien ci-dessous.

Liens utiles ...

  • ANACOFI-CIF – Association Nationale Des Conseils Financiers : www.anacofi.asso.fr
  • CNCGP – Chambre Nationale des Conseillers en Gestion de Patrimoine (ex CIP) : www.cncgp.fr
  • CNCIF – Chambre Nationale Des Conseillers En Investissements Financiers : www.cncef.org
  • LA COMPAGNIE DES CGP-CIF- La Compagnie Des Conseils En Gestion De Patrimoine – CIF : www.lacompagniedescgp-cif.fr
Retour haut de page