La fiscalité du patrimoine

La fiscalité du patrimoine privé comprend l’ensemble des impôts et taxes. En effet, chaque impôt payé diminue la valeur de votre patrimoine.
C’est pourquoi, optimisez la fiscalité de votre patrimoine. Et, notamment, procédez à une étude de votre situation fiscale, qui consiste à :
  1. Recenser les conditions d’imposition de vos revenus et de votre patrimoine.
  2. Vérifier si vous profitez des principaux avantages fiscaux.
  3. Rechercher et exploiter des possibilités de payer moins d’impôts.
Cette rubrique sur la fiscalité du patrimoine :
  1. Vous informe sur les principales règles qui s’appliquent sur vos revenus et votre patrimoine.
  2. Vous propose des méthodes pour payer moins d’impôts.
Sommaire

La fiscalité des revenus

L’impôt sur le revenu (IR) s’applique sur l’ensemble des revenus déclarés : revenus professionnels, pensions et retraites, revenus et plus-values des placements financiers, revenus fonciers, etc.

L’étude de la fiscalité de vos revenus consiste à :
  1. Détailler la méthode d’imposition de vos revenus (déclaration et calcul de l’impôt).
  2. Déterminer votre taux marginal d’imposition (TMI).
  3. Répertorier les Charges à déduire du revenu global.
  4. Lister les principales Réductions et crédits d’impôts 2042 C.
  5. Choisir des solutions pour payer moins d’impôts.

La fiscalité du patrimoine immobilier

Depuis le 1.1.2018, l’impôt sur la fortune immobilière (IFI) remplace l’impôt de solidarité sur la fortune (ISF). Ainsi, la possession des capitaux financiers n’est plus taxée. Seuls, les biens immobiliers du propriétaire ou de l’usufruitier sont soumis à l’IFI.

Cependant, l’IFI s’applique, uniquement, si la valeur nette (actif-passif) des biens immobiliers du foyer fiscal est supérieure à 1,3 million d’euros. Cette valeur s’estime au 1er janvier de l’année d’imposition).
Cependant, vous payez des taxes foncières sur les biens immobiliers dont vous êtes propriétaire. Et, aussi, la taxe d’habitation des immeubles dont vous jouissez (sauf cas d’exonérations).

L’étude de la fiscalité du patrimoine immobilier vous informe sur :
  1. L’Impôt sur la Fortune Immobilière (IFI).
  2. L’impôt sur les plus-values immobilières.

La fiscalité du patrimoine transmis

La transmission de patrimoine préoccupe beaucoup de français, principalement pour des raisons fiscales.
Mais, statistiquement, environ 75% des donations et successions échappent aux droits d’enregistrement. Notamment, grâce aux abattements en faveur des héritiers en ligne directe. Et, surtout, suite de l’exonération des droits de succession au profit des conjoints survivants.
Il faut aussi rajouter, les avantages des contrats d’assurance-vie, sur le plan successoral.
En effet, l’assurance-vie est un excellent outil de transmission du patrimoine financier. Notamment, par comparaison avec les autres types de placements. Le contrat d’assurance-vie permet de transmettre facilement un capital, après le décès de l’assuré. Notamment, en cumulant des avantages sur le plan civil et fiscal.
Ainsi, la fiscalité du patrimoine transmis comprend principalement les droits de donation entre vifs et des droits de succession en cas de décès.

Comment payer moins d'impôts ?

La fiscalité du patrimoine s’optimise en réduisant la pression fiscale. Et, en profitant des avantages fiscaux, au gré des lois fiscales annuelles.
En effet, il existe des avantages fiscaux en matière d’impôt sur le revenu. Ainsi que sur la possession ou la transmission d’un patrimoine. Ces avantages se présentent sous la forme d’exonérations ; de Charges à déduire du revenu ; de Réductions et crédits d’impôts.

C’est pourquoi, dans la mesure du possible, profitez de tous les avantages proposés par l’Etat. Notamment, en utilisant les  méthodes suivantes pour payer moins d’impôts :
  1. Privilégiez les revenus exonérés d’impôt et de prélèvements sociaux. Particulièrement, parmi les revenus financiers.
  2. Comparez l’option de la déclaration des revenus financiers, à la place du Prélèvement Forfaitaire Unique (PFU).
  3. Informez-vous sur les lois fiscales actuelles et les nouvelles dispositions favorables. Et, exploitez-les lorsqu’elles se présentent, avant qu’elles ne soient modifiées ou abrogées.

Cependant, faites attention ! Car, la plupart des avantages fiscaux s’accompagnent de contraintes. Analysez-les bien, avant de vous engager. Et, considérez les avantages fiscaux comme un atout complémentaire et non essentiel dans une décision d’investir. Car, un placement se réalise, avant tout, par rapport à ses qualités intrinsèques.

Liens utiles ...

Retour haut de page